• BHP

Greg et Kabi : du cœur à l’ouvrage !


Carton plein pour Dour Sports ! Signaleur au quatrième kilomètre, à la sortie de la place de Blaugies, j’ai vite compris que l’affaire était pliée pour ces deux-là. Quand mes collègues m’avaient demandé vers quelle heure on pouvait attendre les premiers, j’avais répondu : vers 3 h 12’. Et je ne m’étais pas trompé. Grégoire Doison, à ce moment de la course, n’était pas loin des 20 km heure. Longiligne, élégant, facile… le meilleur coureur de demi-fond local, sans conteste. Derrière lui, un beau petit groupe avec Mulpas, Monjet, Arnaud Meunier, Gaétan Guelton et l’inusable Redouane El Ouassi. Non loin, solitaire, le diesel Vincent Cougneau (2 h 48’ au marathon récemment). Puis, un trio avec Maxime Thibeau, Grégory Defrise et… Kabiratou Nassam, première dame. Les dix premiers étaient déjà connus, et ce n’était pas une surprise d’y trouver… la meilleure coureuse de demi-fond locale, sans conteste. De demi-fond et davantage car celle « qui n’était pas préparée spécifiquement » à cet effort (je cite) s’alignait en survêtement, histoire de récupérer du marathon de Bruxelles remporté deux semaines plus tôt en moins de 3 h, excusez du peu (je connais quelques athlètes du sexe dit fort qui signeraient à deux mains pour cette perf). Bravo à Grégoire, à Kabi et à leur entraîneur Bernard Turpin !

Du cœur à l’ouvrage, ils en eurent aussi, les dizaines de bénévoles de l’OBJ mobilisés pour la réussite de leur « jogging du cœur » : montage de la salle le vendredi matin, des vestiaires le samedi, inscriptions, organisation des signaleurs, remise des prix, démontage… Du travail bien fait, réussite à la clé : plus de huit cents participants malgré un week-end compliqué (centenaire de l’armistice, célébrations diverses…) et un temps peu engageant (mais on a connu pire) : 12 °, venteux ; la pluie, heureusement, avait mis « pause ».

Qu’ajouter, sinon les belles victoires, sur l’épreuve courte, de Timoté Colquhoun et de la toute jeune Lucile Doison, la sœur de Grégoire. Je me souviens avoir assisté aux débuts de cette famille en or sur les cross inter-écoles, voici… pas mal d’années. De beaux potentiels qui s’affirment aujourd’hui avec éclat et régularité.

Et puis, rendez-vous compte : le challenge, notre challenge touche à sa fin. Beaujolaise la semaine prochaine, Sartis peu après et… la messe est dite N’oubliez pas, il faut dix courses pour être classé Faites un nœud à votre mouchoir !


© 2017 Challenge BHP

Webmaster : Michael Pierard