Les femmes et la course : merci Kathy !


La participation des femmes aux épreuves de course à pied est le fruit d'un long et récent combat. Au début des Jeux Olympiques, les femmes ne pouvaient participer qu’à quelques épreuves considérées comme « féminines, légères, gracieuses » comme le patinage artistique ou le badminton. En 1928, l’athlétisme leur est enfin ouvert avec le droit de participer au 100 m, au relais 4 x 100 et au 800 m. Mais à l'arrivée du 800, une femme se jette sur la ligne et tombe. L’histoire est rapidement amplifiée : on prétend que, sur 11 participantes, 5 n'ont pas terminé et que 5 se sont effondrées à l'arrivée. Le comité olympique décide que cette course est dangereuse et le 800 féminin disparaît des jeux jusqu'en 1960.

Dans les années 50-60, on disait à une femme qui souhaitait courir : « Tes jambes vont s'épaissir, tu ne pourras pas avoir d'enfant, ton utérus va se décrocher… » À cette époque, Cathrine Switzer souhaitait entrer dans l'équipe de hockey sur gazon de son école ; son père lui dit : « Cours 2 km par jour et tu vas progresser ». Cathrine a d'abord cru que c'était impossible puis elle l'a fait et s’est sentie chaque jour plus forte. En 1965, elle entre à l'université où rien n'existe pour l'athlétisme féminin. Elle demande à son entraîneur, Arne Briggs, de rejoindre l'équipe masculine. Il lui dit que c'est contraire aux règles de la NAA. Elle insiste, elle rentre dans l'équipe. Son vieux coach a participé 15 fois au marathon de Boston. Cathrine s'entraîne de plus en plus et souhaite le disputer à son tour. Briggs refuse. Elle fait pression. Il lui dit alors : « Si tu me le démontres à l'entraînement, je te prends à Boston ». Kathy s'entraîne jusqu'à courir 42 km à l'entraînement. Briggs est convaincu.

Mais l'organisateur refuse l’inscription des femmes (qui seraient incapables de courir cette distance). En 1966, pourtant, une marathonienne, Bobby Gibbs, avait terminé Boston mais sans dossard. En 1967, Cathrine s'inscrit « K. Switzer » sans précision. Le marathon démarre. Il neige, il pleut. Cathrine, camouflée dans un ample survêtement avec capuche, court entourée par son coach et Tom, son petit ami. Après 3 km, le camion de presse s'approche avec le directeur de course. Cathy a retiré sa capuche. L'organisateur constate qu'elle est une femme. Il descend, il l'attrape par le maillot et lui dit : « Tire-toi de ma course et rends-moi ce d