• BHP

De la Corrida élougeoise aux Foulées d’Éole…


Cette année-là, en 2010, Jean-Michel revenait aux affaires… Nous avions eu cette idée « géniale » de relancer la Corrida élougeoise. Très vite, nous avions essuyé un refus - bien légitime - des autorités de laisser courir des gens le long de la « Route de Wallonie (N552) », comme c’était le cas jadis. Rendez-vous compte, à la grande époque, la « Corrida » partait de la Rue du Commerce juste en face du magasin « JMC Sports », dont Jean-Michel Carton était si fier. Et les joggeurs, dont le nombre passait régulièrement le cap des 300, fonçaient par ruelles et venelles, vers la piste cyclable de la Grand-Route où signaleurs et ravitailleurs veillaient au grain. Tant bien que mal…

Mais tout s’était toujours bien passé et Jean-Michel en rigolait, après coup. « Tu te souviens quand Nemeth a été battu par Eric Hellot? », avait-il plaisir à se rappeler, notre JMC national. « Christian ne voyait plus clair tellement il avait été loin et il a foncé dans le mur au virage de la petite place d’arrivée, près du Gavroche. P….! Et quand Benoît Z. a été battu de justesse par Hellot ? Et de la course de garçons de café ? Et de la bagarre avec des plateaux de cabaret… ? » Qu’est-ce qu’il riait de tout ça, Jean-Michel !

Qu’est-ce qu’il était fier de voir un journaliste ou l’autre, Luc Carlier pour La Province, votre serviteur pour (l’ancien) Nord-Éclair, débarquer à sa course… « Sa course », « Ma course », « Em’ course ». Plein d’ardeur, jamais à l’heure, JMC floquait ses t-shirts « à l’broque », le soir-même de la course. Lui, il imprimait et séchait, et moi, je pliais. Et puis, on terminait l’affaire au Vieux Terroir, par un légendaire face à face au billard à bouchons. Le jour de la course, c’était « l’enfonce », le stress, la p’tite pinte qui calme les nerfs, les doigts blancs de peinture de route, les résultats élaborés - à la main - par Jacques Charneux et son équipe, à l’étage du magasin « JMC Sports », caverne d’Ali Baba Carton. Quelle époque, mes amis. Quelle époque!

« Hein, t’as vu, Nemeth a couru en 3’10, Sollas a bien roulé aussi, et Hugues Maton, et Nathalie Rousseau, et Nathalie Deroubaix, et Hannan Naji qui est venue avec Michel Bernard, et Robert, ton père, qui t’as encore battu, gros ! » Et Cougneau qui mettait encore des briques un quart d’heure avant le départ, et Gastout qui a tiré Mairesse tout le temps, et Ladeuille, et Pavone, et Menten, et Walton, et Alfonsina, et Daniel, et Christian Beau, et Jacky Faille, et Grégory, et Carlo, et Louvrier, et l’grand Gevaert, … tous ces gaillards qui avaient bouclé les trois tours de la « Corrida Elougeoise ». Moi, je me souvenais surtout du coup de vent que j’avais pris par l’arrière quand Rudy Walem m’avait pris un tour… Qu’est-ce qu’il était fier, JMC !

L’idée a donc pris de temps de germer. Elle s’est concrétisée une dizaine d’années après la fin de la Corrida. JMC a repris son chrono, ses baskets et il est parti imaginer le parcours de ce qui est devenu « Les foulées d’Éole ». Nous avions organisé la première course « des éoliennes » au départ et arrivée du terrain de foot d’Élouges. Yvon Proveur gérait le Challenge du Haut-Pays avec son équipe, Paul Dufour, Gérard Manfroid… Il faisait chaud, il faisait bon. Jean-Michel souffrait du dos pour avoir chu en glissant dans sa salle de bain. Mais on a vécu un très grand moment de course à pied, de souvenirs, d’esprit « Haut-Pays », de projets… Car nous avions en tête d’organiser un « 20 km » l’année suivante, sur base du même parcours. JMC avait déjà imaginé un tracé. Mais bon…

Je ne vous cacherai pas qu’en écrivant ces lignes, en écriture spontanée, mes souvenirs ont transpiré…


© 2017 Challenge BHP

Webmaster : Michael Pierard